Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site Internet. En continuant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.En savoir +J'accepte

Conditions d'admission

Le Foyer de l’Actions Educatives d’Illkirch-Graffenstaden dispose de 29 places en internat et accueille des garçons âgés de 15 à 21 ans. Ces jeunes sont placés sur décision administrative ou judiciaire car une mesure de protection et un accompagnement éducatif ont été jugés nécessaires.

L’action du Foyer est cadrée par un ensemble législatif dont vous trouverez les références principales ci-dessous.

Il s’agit d’un contrat signé entre le service de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) et les parents/représentants légaux du mineur concerné (ou le jeune lui-même dans le cas d’un contrat jeune majeur).

Les parents conservent leurs droits et l’ensemble de leurs responsabilités. A tout moment ils peuvent demander la réévaluation de la durée du placement.

Le placement judiciaire est décidé et acté par un juge. Il s’agit des mesures d’assistance éducative pour les mineurs et des mesures de protection des mineurs délinquants.

Les mesures d’assistance éducative visent à protéger des mineurs considérés comme étant en danger. Les parents ou représentants légaux continuent d’exercer leur autorité parentale.

Le juge fixe leurs droits de visite, d’hébergement et de communication. Le plus souvent, le juge charge les services de l’ASE de mettre en œuvre le placement.

Les mesures de protection pour les mineurs délinquants s’appliquent dans le cadre de l’ordonnance 45. Les mesures ordonnées par ces juridictions sont en priorité éducatives.

Elles peuvent être également assorties à des sanctions pénales (TIG…) dont le suivi est assuré par les services de Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ).

Le jeune accueilli est inscrit au cœur de la prise en charge, comme l’exige le cadre légal (loi du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale, loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l’enfance).

L’accompagnement se base sur le projet individuel, qui garantit la prise en compte du jeune dans sa singularité (son histoire, ses particularités, ses envies, ses compétences…), sa globalité (registres physique, social, affectif, psychique, intellectuel…), et le respect de ses droits.

Ce projet individuel doit mettre en évidence des objectifs et des moyens clairement identifiés prenant en compte, autant que possible, les souhaits des jeunes et des parents. Il est évalué et actualisé régulièrement.

1. Demande d'admission

2. Réception du dossier

3. Entretien et visite du foyer avec le jeune et, si possible, sa famille

4. Décision du SPE après concertation

5. Accueil du jeune, présentation à l'équipe éducative et installation

La demande d’admission

Seuls le Service de Protection de l’Enfance et le Service de la Protection Judiciaire de la Jeunesse sont habilités à déposer une demande d’admission auprès de notre établissement.

Après la réception de la demande d’admission par le Foyer et la visite de l’établissement effectuée par le jeune, accompagné si possible de sa famille, une décision définitive peut être communiquée au Service de Protection de l’Enfance.

Le jour de son arrivée, le jeune est accueilli par le directeur et/ou le chef de service. Il est ensuite présenté à l’éducateur de service qui lui remet les documents indispensables à la prise en charge dont ce livret d’accueil et le règlement intérieur qui lui est expliqué.

Le jeune s’installe dans la chambre mise à sa disposition.

L’admission en urgence

Le foyer participe à l’accueil d’urgence, selon un protocole relatif à l’accueil en urgence des mineurs sous mandat judiciaire. À ce titre, deux places d’accueil sont mises à disposition.

Dans le cadre d’un accueil en urgence, le jeune est rencontré le jour même par le directeur et/ou le chef de service. 

Dans le cas d’une impossibilité, cette rencontre s’effectue le lendemain de l’admission. Le jeune est alors pris en charge par le personnel présent et une chambre lui sera octroyée pour qu’il puisse s’y installer.

Le rôle du référent

À l’arrivée au foyer, le jeune se voit attribuer un éducateur référent. Si les décisions sont prises en équipe et que les jeunes peuvent s’appuyer sur tous les adultes qui les entourent dans le foyer, l’éducateur référent a néanmoins une place particulière.

En charge du suivi, il est un interlocuteur privilégié et sert de pivot tant pour le jeune que pour sa famille et les partenaires internes ou externes. Il constitue les écrits (projet personnalisé, rapports de situation aux magistrats de la justice ou SPE…). L’éducateur est informé de chaque décision ou d’orientation ; c’est lui qui acte les objectifs de la prise en charge en fonction de l’évolution des démarches entreprises dans le suivi, des entretiens individuels avec le jeune, et des réunions d’équipe hebdomadaires.